Du vin… et une fille

Une étoile montante en Roussillon ! Château de l’ou – Montescot

Séverine est arrivée en terre d’Agly par le cœur, happée par une terre chaleureuse.
Née à Bordeaux, ayant grandie en Afrique suivant ses parents de mutation en mutation, de retour à Bordeaux pour finir son lycée, sa destinée vers les études œnologiques n’étaient pas écrites. Pour autant, c’est ce qu’elle choisit et c’est son prof de marketing qui a donné naissance à sa vocation.

Pourquoi avoir choisi le Roussillon ?
La rencontre avec Philippe, aujourd’hui mon mari, dans un salon à Paris. Je n’avais pas encore pris de décision, et mes multiples stages sur le pourtour méditerranéen m’ont rapprochée d’ici. Philippe était déjà installé sur ses terres catalanes. Le terroir sur lequel nous sommes est un diamant en train d’être taillé, il est façonné par sa pluralité des sols, de ses climats et de ses cépages. Le monde international commence à le comprendre.

Comment vous êtes-vous organisés ?
Philippe s’occupe de toute la partie agronomie et suite à ses travaux au Brésil il s’est passionné par le bio. Nous avons été des pionniers dans le monde du bio en labélisant 100% de la production du domaine en 1998. Nous voulions prouver qu’il était possible de faire du Bio de grande qualité. Personnellement, je gère la vigne, la vinification et la commercialisation.
Parce que nous étions à la création du domaine, nous avons pu écrire une page blanche. Beaucoup de risques sont pesés et mesurés pour développer nos vins à l’excellence, pour procurer le maximum de plaisir. Ne rien négliger, se tenir constamment à la qualité qui justifie aujourd’hui certains de nos prix élevés en cohérence avec le travail effectué.
Sans conteste, Séverine et Philippe sont « habités » par leur passion, avec force, détermination et Amour. Ils sont en totale harmonie, complémentaires, si fusionnels que leur travail est instinctif. « Je déteste que les choses m’échappent…Si quelque chose dérape, je suis malheureuse, je ne sais pas vivre la déception ! Là, les sangliers m’ont mangé 3 ha de vignes à 100% ! En 2004, nos vignes ont subi le vers de la grappe, ce fût une année où nous n’avons rien commercialisé, c’est notre crédibilité qui était en jeu! »

Vous avez une grande gamme de vin rouge basé sur la syrah, est-ce le cépage à votre image, comment vous le qualifieriez ?
La Syrah est Séduisante, Sexy, Gourmande, et Suave. Oui, c’est vrai, j’adore travaillé ce cépage. J’en ai décliné plusieurs cuvées car chacune génère différents plaisirs et sensations. Elle nous offre tellement de bonheur sur nos trois terroirs : à Montescot nous sommes sur les marnes alluvionnaires de la vallée du Roussillon et en vallée de l’Agly, nos schistes bruns à 325 m et nos schistes noirs à 385 m. Puis nous avons trois manières de vinifier dont la majorité directement en fût de chêne de bois français sur 12 à 18 mois et en œuf de terre cuite. Les rendus sont alors très différents.

Quels sont vos futurs projets ?
Depuis 1 an nous faisons de l’œnotourisme, pendant que les adultes dégustent, un parcours olfactif est dédié aux enfants. Ainsi, chaque jeudi de l’été dégustation de la gastronomie catalane ainsi que des soirées multi sensoriels en musique. Nous souhaitons développer encore les journées séminaires.
Nous avons acheté des terres sur Maury afin de travailler le grenache en jarre de grès, plus hermétique elle permet de garder le vin sur le fruit, la gourmandise sans risque d’oxydation.

Quel serait le vin signature ?
Nous avions commencé au domaine avec le rouge, se sera donc « L’Infiniment rouge » car tout est parti de lui, grâce à lui, on a évolué vers autre chose. Sa couleur noire/violette profonde est suivie d’un fabuleux bouquet de cassis, d’herbes fumées, de graphite et de viandes grillées. Mûr, sexy, onctueux et profond, la bouche est délicate, soyeuse et savoureuse  avec une acidité modérée et des tanins doux. Buvez ce bijou hédoniste à tout moment au cours de la prochaine décennie. Idéal sur des viandes grillées, du canard, de l’agneau.

 

Pour la petite histoire…
«L’Ou» en Catalan, signifie «l’œuf» en Français :
c’est le nom du lieu-dit où se trouve la propriété car une résurgence de forme ovoïde a permis de faire boire les troupeaux de la région.
Les notes au Parker « pleuvent », elles sont de 90/100 à 98/100 par Jeb Dunnuck ! Autant dire la difficulté pour choisir !
Un domaine à découvrir absolument !

 

Par Nathalie Guiltat,
sommelière du restaurant
Le Castel Ronceray