christian-poujol-cma-montpellier

Christian POUJOL

Président de la chambre départementale de métiers et de l’artisanat,
Christian Poujol est un homme de conviction engagé. Le chef d’entreprise lunellois nous dit tout sur le concours “Hérault Gourmand”qui regroupe le meilleur de l’artisanat.

christian poujol cma montpellierCHEFS D’OC : Pouvez-vous nous expliquer
le rôle de la CMA ?

Christian Poujol : c’est un ensemble complet la chambre des métiers : dans sa globalité c’est un centre de formalités et aussi un centre de formation depuis notre implantation à Pierres Vives (150 000 heures de formation professionnelle par an ). C’est très important de faire de la formation. Chez nous les professeurs sont souvent aussi des artisans. C’est primordial de transmettre le métier par le métier. Lorsqu’un chef d’entreprise fait de l’apprentissage nous avons des résultats très positifs. Même s’il ne faut pas négliger l’enseignement général. Pour moi l’artisanat c’est un choix de vie, cela ne peut pas être autre chose.

Quel est le lien avec le concours Hérault Gourmand ?
Hérault Gourmand est un concours qui a été créé il y a une trentaine d’années par mes prédécesseurs. Et qui a perduré. Aujourd’hui, nous tentons d’en faire un beau concours pour récompenser ces professionnels qui ne font que 35 heures par semaine en 3 jours.
Il faut se rendre compte de tout le travail qui se cache dans l’arrière boutique du boucher ou du boulanger.

Quel est son but ? Que représente-il ?
Ce concours est un label très recherché. Avec Hérault Gourmand, nous protégeons notre patrimoine, mais nous lui offrons aussi de la visibilité. Quand quelqu’un participe à Hérault Gourmand c’est qu’il a envie de développer son entreprise. Les dégustations sont faites à l’aveugle. C’est donc une véritable reconnaissance pour les lauréats. Certains voient leur chiffre d’affaire augmenter de 50%. J’en connais qui l’ont triplé sur la dernière édition. Quand on est Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat on travaille pour les autres c’est notre seule obligation. C’est mon ADN.

Qui y participe et comment ?
Il faut simplement être inscrit à la chambre de métier et de l’artisanat. À la différence que cette année, nous nous sommes associés avec Jérôme Despey, le président de la chambre d’agriculture. Nous avons associé les vins de leur concours à nos menus. Une très bonne initiative qui montre le travail que l’on est capable d’accomplir ensemble. Il ne faut pas oublier que c’est une boucle complète on commence par l’artisanat par ceux qui fabriquent leur savoir faire ou l’agriculture et puis après il faut faire du commerce. Cela fait partie de mon ADN, je suis un homme de conviction, j’aime les choses bien faites j’aime la continuité.

La dégustation permet de faire la sélection des participants. Elle n’est pas limitée
en nombre de personnes ?

On limite forcément. Au départ il y a deux pré-jurys de présélections de 400 produits. Ces jurys là ce ne sont que des professionnels. Ensuite il y a une sélection à l’aveugle et là c’est le jury final où vous pouvez participer. À ce moment là il reste une bonne centaine de participants. Cette année nous avons labéllisé une quarantaine de produits : médailles or, argent et bronze. Une nouveauté avant il n’y avait qu’une seule médaille.

Et la prochaine édition ?
Elle est en préparation mais on ne sait pas encore à qui on va donner la présidence Depuis 3 ans déjà, nous avons un stand à la Foire de Montpellier avec un espace entièrement dédié à Hérault Gourmand. La nouveauté cette année, c’est que nous serons accompagnés des bouchers et de la chambre d’agriculture.

PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE GINESTE

Photos ©Guilhem CANAL