BRIGNOLES : au cœur de la Provence verte

Découvrir Brignoles, c’est avant tout parcourir son centre ancien, avec ses ruelles et ses places, ses maisons antiques et son palais… C’est plonger dans l’histoire de la ville qui a été un carrefour économique dès le Moyen Âge, une cité des comtes de Provence au XIIIe siècle et qui est aujourd’hui labellisée Pays d’Art et d’Histoire.
À seulement deux heures de voiture depuis Montpellier, le chef Patrick Guiltat nous invite à prendre la route pour un week-end gourmand et culturel. Il nous dévoile avec son épouse Nathalie, les secrets de leur ville de cœur où sous le soleil provençal, on prend plaisir à déguster en toutes simplicité la pistole du passé.

UN PEU D’HISTOIRE

L’histoire de Brignoles remonte au néolithique. Construite au bord de la voie Aurélienne, la période gallo-romaine laisse de nombreux vestiges. Aux XIIe siècle, les comtes de Provence y établissent leur résidence d’été. C’est à Brignoles que viennent accoucher les comtesses. La ville reçoit alors le surnom de « nourrice et demeure des enfants de la couronne ». Après la Révolution française, de grandes voies de communication sont aménagées. Au début du XXe la ville prospère et renforce son économie avec le développement des mines de bauxite. Brignoles a toujours été un comptoir de commerce important. Aujourd’hui encore la vie de la cité est rythmée par son marché du samedi, l’un des plus renommé du Var et par sa foire agricole d’avril, l’une des dernières de la région.

LA PRUNE SÉCHÉE, UNE SPÉCIALITÉ LOCALE

De son petit nom, la « pistole », la prune a fait la renommée de Brignoles à partir du XVIe siècle avant de décliner au XIXe siècle. Elle doit son nom à sa forme de pièce de monnaie.
On raconte que le seigneur de Vins, grand propriétaire foncier de la ville, refusant de payer ses impôts, s’attira la colère des Brignolais : ceux-ci saccagèrent ses terres et coupèrent tous les arbres de ses vergers. Ainsi auraient péri les fameux pruniers, entraînant la perte du commerce des prunes de Brignoles, au profit des prunes de Digne. Un seul aurait survécu à ce désastre, caché dans le jardin du presbytère. Il aurait traversé les siècles attendant qu’une main ne vienne prendre ses plus beaux rameaux et multiplier la race oubliée. Bien heureusement, et pour le bonheur de nos papilles, la pistole a fait son grand retour. On peut déguster de nombreuses spécialités à la prune dont l’excellente tarte Brinonia, de Jean-Charles Lafitau : pâte feuilletée, framboise, fromage blanc, amande… et bien sûr, prune. La tarte est uniquement produite à la mi-août. Initialement pour commémorer la mort de saint Louis, elle est devenue la saveur incontournable des journées médiévales de Brignoles.

Du Moyen-Âge aux Comtes de Provence, de la prune à la bauxite, en route pour une région qui a tout pour plaire, entre nature et patrimoine.

SAMEDI  Matin : PERDEZ-VOUS DANS LE CENTRE HISTORIQUE

À Brignoles, la vieille ville se visite à pied et ne se dévoile qu’à ceux qui prennent le temps. Brignoles a su conserver de son passé prestigieux, son Palais aménagé par les Comtes de Provence, (transformé depuis 1945 en Musée du Pays Brignolais) sa structure d’enceinte fortifiée du 13e siècle avec ses portes, ses façades romanes et ses ruelles étroites. Mais aussi ses hôtels particuliers, ses fontaines et ses lavoirs, qui témoignent de la richesse et de la prospérité des villes de Provence. Arrêtez-vous à l’église Saint-Sauveur, visitez la chapelle des Augustins ou encore l’Hôtel de Claviers. Contemplez dans tout le vieux Brignoles, les fresques de Jean-Joseph Chevalier inspirées de l’histoire de la ville et de ses protagonistes. De quoi faire rêver petits et grands !
Avant le déjeuner, rendez-vous sur le grand marché provençal, place du Général de Gaulle. Très réputé, il attire chaque samedi matin la population de tous les villages alentours. Couleurs, senteurs, variétés des produits et des étals en font sa notoriété. De quoi satisfaire rétines et papilles.

Midi : DÉJEUNER À L’HOSTELLERIE DE L’ABBAYE DE LA CELLE.

Après une balade dans les vieilles pierres, il est temps de goûter à la cuisine locale. Prenez la route direction La Celle. À seulement quatre kilomètres de Brignoles, vous pourrez déguster des plats créatifs inspirés de la cuisine traditionnelle française dans l’auberge de charme d’Alain Ducasse. Située sur le site d’une abbaye royale, au cœur des vignobles des coteaux Varois, le chef de l’Hostellerie de l’Abbaye de La Celle propose chaque jour deux menus ainsi que des plats à la carte.
Hôtel Restaurant Hostellerie de L’Abbaye de La Celle : 04 98 05 14 14
Réservation obligatoire www.abbaye-celle.com

Apres-Midi : VISITE DE L’ABBAYE ROMANE DE LA CELLE.

Après un bon repas, découvrez les lieux. Remarquable témoignage de l’art roman religieux de Provence, l’Abbaye de La Celle est un édifice médiéval classé au titre des Monuments historiques. Construite entre la fin du 12e siècle et le début du 13e, les fouilles archéologiques menées lors des récents travaux de restauration attestent d’une présence plus ancienne. Elle aurait été construite sur les vestiges d’une abbaye du 11e et d’une villa romaine du 6e siècle. Les moines y érigèrent un double prieuré. D’un côté, les hommes avaient leurs bâtiments desservant l’église Sainte-Perpétue. De l’autre, les moniales étaient rassemblées autour de l’église Sainte-Marie.
Après la Révolution, les bâtiments furent vendus et morcelés. Une partie des bâtiments fut transformée en Relais Château dans les années 1940, où soulignons-le, le Général De Gaulle séjourna à plusieurs reprises entre 1955 et 1960. Aujourd’hui l’abbaye a retrouvé une bonne partie de son aura d’antan et accueille expositions, concerts, visites thématiques.
Située dans l’enceinte de l’Abbaye, n’oubliez pas de vous arrêter à la Maison des vins avant de rentrer. Plus de 150 références de blanc, rosé et rouge sont disponibles à la vente et de nouvelles dégustations sont organisées chaque semaine. De quoi satisfaire toutes les envies.

L’Abbaye de La Celle : 04 98 05 05 05
www.var.fr/culture/abbaye-de-la-celle
Ouverture du mardi au dimanche
du 1er mars au 31 décembre
De 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30
Entrée gratuite
Maison des vins-coteaux varois en Provence : 04 94 69 33 18
www.coteaux-varois.com

Fin d’apres-Midi :RETOUR À BRIGNOLES

Assister à un coucher de soleil, au bord de la piscine, un rosé bien frais à la main n’a pas son pareil. Pour cela, prenez vos quartiers au domaine de La Bastide de Messine. Confortable et chaleureuse, cette ancienne maison provençale datant de 1850 se déploie sur 3 hectares dans la colline de Cante-Perdrix, face à la vue panoramique des collines de La Celle, la montagne de La Loube et le village de Brignoles. Nelly et Bruno, les propriétaires, vous y accueillent avec simplicité pour un séjour inoubliable sous le soleil provençal.
La Bastide de Messine
Maison d’Hôtes : 04 94 720 906
www.bastide-messine.com

 

Soir : DÎNER AU VIEUX PRESSOIR

L’heure du diner venue, dirigez-vous vers le restaurant au Vieux Pressoir pour conclure cette belle journée. Installez-vous près de la cheminée ou sur la terrasse ombragée, et découvrez une cuisine aux saveurs provençales parfumées. Simplicité et tradition garanties.
Restaurant Au Vieux pressoir
04 94 69 97 49

DIMANCHE Matin : ARPENTER LES ENVIRONS

Prenez le temps de faire un détour par la Gayolle. Au nord-ouest de Brignoles, en direction de Tourves, vous pourrez visiter sur ce domaine agricole une chapelle d’origine mérovingienne : un monument archéologique construit au XIe siècle sur des vestiges du Ve siècle. Elle suscite un grand intérêt de par son passé historique, son architecture et les sarcophages et sépultures qui y furent mis à jour.
Dirigez-vous ensuite vers Le Val, à 5 km de Brignoles. Village de traditions, d’art de vivre et de fêtes, il regorge de richesses culturelles. Les collines qui l’entourent offrent un lieu de prédilection pour les amoureux de la campagne. Quelques pas dans le village vous amèneront du Musée de la Crèche à l’ancien Moulin à Huile, lieu d’expositions, du joli jardin des Gorguettes, avec un bel aqueduc au jardin-théâtre du Paradou, du vieux lavoir à la porte de la Dîme.

 

Midi : PAUSE GOURMANDE À LA FONTAINE

Après une ballade au cœur de ce petit village plein de charme, Amélie et Damien, les propriétaires du restaurant La Fontaine, vous accueilleront chaleureusement.
Berçé par le clapotis de l’eau , vous goûterez la cuisine traditionnelle et régionale ,entre terre et mer , proposée par le Chef.

Apres-Midi : PRENDRE LE FRAIS AU GRAND BAOU

À environ 3 km du village, en direction de Carcès se trouve un lieu étonnant, la chute du Grand Baou (qui signifie « falaise » en Provençal). Difficile de deviner, en arrivant sur le grand champ où l’on peut stationner, qu’une cascade se cache à proximité. Un étroit sentier, avec quelques marches aménagées descend jusqu’au site. Sur le côté, une petite grotte donne le ton : ici l’eau a sculpté le paysage. Nous voici face à cette fameuse chute d’eau. Dans un écrin de verdure, une grande vasque invite à la baignade. Son eau à 18 degrés fait le bonheur de ceux qui tentent l’aventure en été. Une série de petites cascades au pied des arbres se succèdent avant de retrouver plus loin une rivière plus calme. C’est le lieu parfait pour conclure ce week-end au pays brignolais.
www.chutedugrandbaou.com

LES IMMANQUABLES LES FÊTES MÉDIÉVALES Du 11 au 13 août 2017

Ces festivités, dont la réputation est grandissante, animent, le temps du 3ème week-end du mois d’août, toute la ville. Artisans, vieux métiers, saltimbanques, animaux de la ferme, fruits et légumes anciens… donnent une ambiance chaleureuse et bien vivante de ce passé local.

 

LA FÊTE DE LA PRUNE Septembre 2017

Un marché unique dédié à la pistole : artisanat, produits du terroir, démonstrations culinaires, dégustations, ateliers artistiques et gourmands pour petits et grands, défilés de confréries, danses provençales, balades contées. C’est le rendez-vous des gourmands !